Terre d’asile Tunisie, association à caractère humaniste et bienfaisance, section de France Terre d’Asile, a pour mission d’accompagner le développement de la société civile tunisienne en matière de questions migratoires et d’asile, dans la perspective d’une saisie progressive de ces questions par les organisations de la société civile.

Terre d’Asile Tunisie a reçu une subvention étrangère de :

  • 80 000 DT reçu le 01/03/2019
  • 80 000 DT reçu le 27/03/2019
  • 120 000 DT reçu le 19/04/2019
  • 80 000 DT reçu le 15/05/2019
  • 80 000 DT reçu le 18/06/2019
  • 80 000 DT reçu le 17/07/2019
  • 80 000 DT reçu le 23/08/2019
  • 80 000 DT reçu le 13/09/2019
  • 80 000 DT reçu le 09/10/2019

Ces fonds ont été transmis par France Terre d’Asile et sont reçus de la confédération suisse, agissant par l’intermédiaire de l’Ambassade de Suisse- Division de Coopération internationale, ainsi que l’Union Européenne.

Les fonds servent à financer la gestion des espaces sous la responsabilité de France Terre d’Asile, les « maisons du droit et des migrations » à Tunis et Sfax, la tenue du projet de plate-forme d’information, d’orientation et de médiation associées au projet « PMGTS Plateformes d’assistance aux migrants dans le Grand Tunis et la région de Sfax », ainsi que la mise en œuvre du projet RECOLTEHA  pour le Renforcement des Capacités des ONGs pour mieux Lutter contre la Traite des Etres Humains en Afrique.

L’objectif des projets mis en œuvre par France Terre d’Asile en Tunisie est de développer les capacités d’intervention opérationnelle et de plaidoyer de la société civile tunisienne dans le domaine de la défense des droits des migrants, des réfugiés et enfants non accompagnés ainsi que de participer  à l’émergence d’un débat public démocratique, éclairé et apaisé sur les questions migratoires en Tunisie.

En outre, ils visent à identifier les besoins des personnes concernées par le biais du référencement des situations vécues, ainsi qu’à développer une information et une orientation efficace à l’intention des migrants par le recours à un réseau d’intervenants diversifiés. Ces projets font intervenir une quinzaine d’associations, d’organisations internationales et de médias tunisiens autour des questions  de migration et d’asile dans le pays.