Logo FTDES

 

تونس في 10/02/2014

بيان صحفي

السجن أم الترحيل للاجئي مخيم الشوشة؟

  تمّ  ليلة أمس، الأحد 9 فيفري 2014، إيقاف عشرين من لاجئي مخيم الشوشة
أمام مفوضية الإتحاد الأوروبي بتونس العاصمة. و هؤلاء اللاجئون الذين
يعيشون في مخيم الشوشة منذ سنة 2011،  و الذي تم إغلاقه وقطع جميع تجهيزاته
منذ جويلية 2013، كانوا معتصمين منذ أسبوع في محاولة لإيجاد حل لوضعيتهم.

وقد تم نقل هؤلاء اللاجئين، اثر ايقافهم، إلى مركز الحجز بالوردية، وهو
مركز مخصص للأجانب ذوي الوضعية غير القانونية، و ذلك رغم وعود الحكومة
التونسية بتمكين جميع لاجئي الشوشة من شهادات إقامة في بيان صحفي تم اصداره
في شهر جويلية 2013. وعوضا عن تسليم شهادات الإقامة، تم ايقاف جميع من كان
من حقّهم التمتّع بها.



أمام هذه الوضعية، يطالب المنتدى التونسي للحقوق الإقتصادية والإجتماعية:

·          بإطلاق سراح العشرين لاجئاً الذين تم توقيفهم ليلة أمس .

·          بتسليم شهادات إقامة لجميع لاجئي الشوشة في أسرع أجل ممكن كما
وعدت الحكومة في جويلية 2013 .

·          بتطبيق الفصل 26 من الدستور على جميع لاجئي الشوشة وفي كافة
تراب الجمهورية التونسية.


Communiqué de presse

 

 

La prison ou l'expulsion pour les réfugiés de Choucha?

 

Hier soir, dimanche 9 février 2014, 20 réfugiés de Choucha ont été arrếtés devant la délégation de l'Union Européenne à Tunis. Ces réfugiés étaient mobilisés en sit-in depuis une semaine pour demander une solution par rapport à leur cas. En effet,

ils survivent dans le camp de Choucha depuis 2011, ce camp étant officiellement fermé et privé de tout depuis juillet 2013.

 

Suite à leur arrestation, les réfugiés ont été emmenés au centre de rétention de Wardiya, qui est réservé aux étrangers en situation irrégulière. Cela alors même que le gouvernement tunisien avait promis, dans un communiqué de presse publié en  juillet 2014, que tous les réfugiés de Choucha auraient droit à des cartes de séjour tunisiennes. Ces cartes de séjour n'ont non seulement jamais été octroyées, mais le gouvernement enferme maintenant ceux qui devaient en être les bénéficiaires. La Tunisie devra t'elle s'abaisser au rang des pays européens qui maltraitent, enferme et expulsent les Tunisiens et autres étrangers sur son sol?

 Devant cette situation absurde, le FTDES demande:

  •  la libération immédiate des 20 réfugiés arrêtés hier soir
  • l'octroi, dans les plus bref délais, de cartes de séjour à tous les réfugiés de Choucha comme prévu par le gouvernement en juillet 2013.
  • l'application de l'article 26 de la Constitution pour tous les réfugiés de Choucha et de toute la Tunisie.

 Contact : Nicanor Haon, Responsable département migration-FTDES : 52 701 871

 

Pour Le forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux

Le Président                                                                                                                           
Abderrahmane
Hedhili

 

--
Romdhane Ben Amor
Groupe communication FTDES
Tél: +216 97890979 / +216 55890979

 

FTDES, le 10 février 2014

En savoir plus sur le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux

 

Lire aussi l’évaluation externe faite par le HCR sur l’opération Libye
La lettre ouverte de Pierre Henri sur la situation des réfugiés de Choucha en Tunisie

 

  •          Logo TAT

Terre d’Asile Tunisie
17 rue Khaled Ibn El Oualid
Quartier Mutuelleville
1002, Tunis

Tel : (+216) 71 287 484

contact@maison-migrations.tn